Posted by: on

(English below)

23 septembre 2016, Costa Rica :

L’échange de connaissances Sud-Sud entre la Côte d'Ivoire et la Costa Rica devrait permettre d’explorer un partenariat stratégique et renforcer les capacités devant contribuer à la finalisation de la stratégie nationale REDD+ et la mise en place d’un systeme de paiement de services environnemental (PSE) en Côte d'Ivoire.

cr-2

Les membres du programme ONUREDD de la Côte d’Ivoire pose avec le directeur de FONAFIFO: Jorge Marion  Rodriguez (©FAO/ Carlos Riano)

 

Intensifier la coopération technique et politique entre la Côte d’Ivoire et le Costa Rica, partager des idées, des expériences et des leçons apprises, tel était l’objectif principal visé par la délégation ivoirienne qui s’est rendue au Costa Rica du 19 au 23 septembre 2016. La délégation était composée de conseillers du bureau du Premier ministre, ainsi que des ministères de l’Environnement, Agriculture et de l'eau et de la SODEFOR, accompagnés des agents du secrétariat national REDD+, et des conseillers techniques du Programme ONU-REDD.

Organisée par le Secrétaire Exécutif Permanent REDD+ en Côte d’Ivoire avec la collaboration du programme l’ONUREDD (FAO, le PNUD et l’UNEP), la mission a surtout permis d’améliorer, de renforcer les capacités qui peuvent contribuer à la finalisation de la stratégie nationale REDD+ en Côte d'Ivoire et a donné les pistes nécessaires pour la mise en place de PSE.

Les domaines de coopération, les thèmes et les capacités techniques ont été identifiés par les deux pays et seront inclus dans le plan de travail conjoint avec l'appui de l'ONU-REDD et du PNUD.

Le directeur du Fonds national de financement forestier (FONAFIFO) les bras technique et financier du Ministère de l'Environnement et de l'Energie rappelait à cet effet : « le bénéfice de cet échange de connaissances est que l'ONU-REDD est en lui-même un partenariat complet ; les leçons apprises et les expériences seront capturé et documenté ».

Les différentes rencontres menées avec le vice-ministre de l'Environnement et de l’énergie du Costa Rica, le Directeur de FONAFIFO et d’autres représentants du gouvernement, ainsi qu’avec des représentants de la société civile, du milieu universitaire et de l'ONU ont permis à la délégation d'explorer un partenariat stratégique sur la REDD+, l'agriculture et les paiements pour les services environnementaux (PSE).

Les visites de projets de reboisement, d’Agroforesterie et les Aires protégées ont permis de développer une compréhension approfondie du potentiel de PSE en évaluant son mélange novateur d'instruments économiques et réglementaires, ainsi que ses défis et ses réussites. Elles ont surtout constitué des exemples précieux et pragmatiques qui, à l’avenir contribueront au développement d'un système de PSE pour conserver et régénérer les écosystèmes en Côte d'Ivoire. Le pays est actuellement à l’étape de la cartographie des sources de financement possibles pour le PSE et espère s’engager activement dans la mobilisation des ressources.

L’engagement du Costa-Rica et de la Côte d’Ivoire à établir un partenariat à long terme sur la REDD+

La REDD+, processus dynamique, joue un rôle de catalyseur pour atteindre l’objectif fixé dans le nouveau code forestier ivoirien de 2014 qui est d'augmenter la couverture forestière de 12% à 20% (INDC 2015).

Le Costa-Rica et la Côte d'Ivoire partagent une vision ambitieuse pour la conservation des forêts et de l'expansion, dans un contexte d’économies nationales fortement ancrées dans la production agricole à l'échelle commerciale, avec des cultures communes, comme le café, l’ananas et le cacao. Les deux pays travaillent activement à progresser dans leur processus REDD+ nationaux comme un moyen de consolider leurs acquis et sécuriser davantage leur transition de la forêt.

Avec la facilitation du Programme ONU-REDD, la Côte d’Ivoire cherche à se rapprocher du Costa-Rica pour examiner l'intérêt d'entrer dans un partenariat stratégique sur la REDD+, l'agriculture durable et les paiements pour les services environnementaux (PSE), afin d’assurer leur transition forestière et de l'expansion dynamique.

Lésons Appris :

  • Système de paiement pour services environnementaux (PSE) : a) Mise en place de plateformes interministérielles pour le PSE ; b) Utilisation de l’éducation comme source principale de la protection de l’environnement.
  • Fonctionnement du FONAFIFO : a) Utiliser l’exemple de la décentralisation de FONAFIFO pour travailler proche de la communauté.
  • Processus d’engagement des parties prenantes : a) Promouvoir le dialogue permanent entre les parties prenantes, incluant les peuples autochtones, la société civile et le secteur privé
  • Organisation et rôle des communautés : a) L’éducation adulte et la jeunesse permettre à la communauté de s’approprier du système de REDD+, de la stratégie, le PSE et les avantages non carbone ; b) Les communautés sont organisées et fonctionnelles grâce à l’apport de l’état, des ONGs mais aussi grâce à l’intéresse de la population pour l’environnement.
  • Engagement du secteur privé : a) La base de l’engagement du secteur privé est la responsabilité sociale et institutionnelle. Le développement de la marque Carbone Neutre est le principal argument d’adhésion des entreprises.
  • Processus de mobilisation des ressources : a) Bonne gestion de système financier : les ressources ne sont pas affectées ailleurs, il y a traçabilité des ressources ; b) La révision de loi foncière, le taxes aux carburantes (comme source de contamination de l’aire, l’eau et l’environnement) et l’organisation du cadastre national sont les piliers du PSE.
  • Cadre légal et institutionnel pour intégrer la stratégie REDD+ : a) La stratégie doit aider à garantir les actions et le financement pour la reconstitution de la couverte forestière ; b) Opérationnalisation de REDD+, enserre et adopter la stratégie a niveau des ministères en commençant par la primature et encadré dans la planification de la politique de pays : c) La loi foncière et la loi forestière sont respectées, suivis et mise en pratiques par un cadre institutionnel robuste ; d) REDD+ est une opportunité pour renforcer les politiques forestières.
  • Système de surveillance des forêts et MRV : a) Intégration de centres de recherche, de la société civile et de bailleur de fonds pour doter l’administration de la capacité technique et administrative pour faire un correct suivi de la déforestation, la dégradation de la forêt et la surveillance de PEM ; b) Le SNSF est la base de PSE. Il permet de contrôler et suivre les processus de reboisement, conservation et Agroforesterie.
  • Aires protégées et gestion intégrée du paysage : a) Le système de conservation des aires protégées est vital pour le rétablissement de la biodiversité et l’absorption du carbone.
  • Emplois verts : a) Mise en place d’un cadre de mise en œuvre de la REDD+ avec une forte implication des parties prenantes ; Un dialogue permanent avec les parties prenantes,, accès à l’information et création des plateformes interministérielles ; c) Financement pérenne du gouvernement et appui du secteur privé pour le financement des activités ; d) Une force de conviction avec des messages clés et une volonté politique qui a fait adhérer les populations au mécanisme ; e) Un système de PSE bien élaboré avec des modalités et un système de financement bien défini ; e) Une stratégie innovante de mobilisation des ressources et la flexibilité du système économique

Les résultats de la mission:

  1.  Un accord de collaboration entre le SEP-REDD+ et FONAFIFO a été signée le dernier jour de la mission. L’accord vis à promouvoir une coopération Sud – Sud plus étroite afin de soutenir la capacité institutionnelle de la Côte d'Ivoire et de Costa Rica sur les questions d'intérêt commun telles que la gestion forestière, les systèmes agroforestiers et la croissance verte grâce à des échanges Sud-Sud sur la base la coopération, la formation, la recherche/connaissances et le soutien et le transfert de technologies.

  2.  Aussi, les deux pays espèrent signer un protocole d'accord entre les deux gouvernements pendant la 22 conférence des parties à Marrakech (Maroc) le mois de novembre. 

 


South-South Cooperation:  Côte D’Ivoire and Costa Rica continue Knowledge Exchange

September 23, 2016, Costa Rica

The South-South Knowledge Exchange between Côte d'Ivoire and Costa Rica has led to a strategic partnership aimed at building capacities and contributing  to the finalization of the national REDD + strategy and the establishment of a system of payment for environmental services (PES) in Côte d’Ivoire.

The main objective of Côte d’Ivoire delegation visiting Costa Rica from 19th to 23rd September was to increase the technical and political cooperation between the two countries, share ideas, experiences and lessons learned.  The delegation consisted of the Prime Minister's office advisers, as well as Ministries of Environment, Agriculture and water and SODEFOR (La Société de Développement des Forêts) accompanied by the national REDD+ Secretariat and technical advisors of the UN-REDD programme.  

With the support from UN-REDD Programme, the mission had concrete outputs with areas of cooperation well defined and, themes and technical capabilities identified that will be included in the subsequent MOU and the joint work implementation plan. During the opening remarks- the Director of the National Forestry Financing Fund (FONAFIFO) technical and financial arm of the Ministry of Environment and Energy said "the benefit of this knowledge exchange is that is supported by the UN-REDD Programme- this will guarantee a close follow-up including lessons learned and experiences captured and documented and partnership developed"

The various meetings held with the Deputy Minister of Environment and Energy of Costa Rica, the Director of FONAFIFO and other government officials, and representatives of civil society, academia and UN allowed the delegation to explore a strategic partnership on REDD +, agriculture and payments for environmental services (PES). The delegation visited reforestation, agroforestry  projects  which have allowed a better and thorough understanding of the potential of PES in evaluating its innovative mix of economic and regulatory instruments, as well as its challenges and successes. The knowledge exchange provided valuable and practical examples that may contribute to the development of a PES scheme to conserve and restore ecosystems in Côte d'Ivoire. The country is currently at the stage of the mapping out possible funding sources for the PES and hopes to actively engage in resource mobilization.

The commitment of Costa Rica and Côte d'Ivoire to establish a long-term partnership on REDD +

REDD+ process in Côte d’Ivoire is  playing a catalytic role in achieving the target set in the new Ivorian Forestry Code of 2014 which is to increase forest cover from 12% to 20% (INDC 2015).

Costa Rica and the Ivory Coast share an ambitious vision for forest conservation and expansion in a context of national economies deeply rooted in agricultural production on a commercial scale, with common crops such as coffee, pineapple and cocoa. The two countries are actively working to advance their national REDD + process as a way to consolidate their gains and more secure transition of the forest.

With the facilitation of the UN-REDD Programme, Côte d’Ivoire will enter into a strategic partnership with Costa Rica on REDD +, sustainable agriculture and payments for environmental services (PES), to ensure their forest transition and dynamic expansion.

Lessons Learned:

  • Payments for environmental services (PES): a) Establishment of inter-ministerial platforms for PES; b) Using education as a major source of environmental protection.
  • FONAFIFO: a) Using the decentralization model of FONAFIFO to work closely with communities.
  • Stakeholder engagement: a) Promote the ongoing dialogue between stakeholders, including indigenous peoples, civil society and the private sector
  • Organization and role of communities: a) The youth in the community can play a major role in the ownership process of REDD +, strategy, PES and non-carbon benefits; b) The communities are well-organized and functional with much support from the state, NGOs whilst contributed greatly to the protection of the environment.
  • Private sector engagement: a) The basis of the private sector involvement is social and institutional responsibility. The development of the CarbonNeutral mark is the main argument for private sector being engaged .
  • Resource mobilization process: a) Good management of financial system resources, there is traceability of resources; b) The review of land law, the taxes on fuel types (as a source of contamination of the area, water and the environment) and the organization of land management are the pillars of PES.
  • Legal and institutional framework to integrate REDD + strategy: a) The strategy should help ensure the actions and funding for increasing forest cover; b) Operationalizing REDD +,  adopting the strategy with support from other ministries starting with the prime minister and well- framed in planning the country's policy: c) The Land Law and Forest Law are respected, followed and put into practice by robust institutional framework; d) REDD + is an opportunity to strengthen forest policy.
  • Forest monitoring and MRV system: a) Engagement of research centers, civil society and donors to strengthen the technical and administrative capacities for proper monitoring of deforestation, forest degradation and monitoring of the PAM; b) NFMS is based on PES- allows for monitoring the process of reforestation, conservation and agroforestry.
  • Protected and integrated landscape management areas: a) the conservation of protected areas system is vital for the restoration of biodiversity and carbon uptake.
  • Green jobs: a) Establishment of an implementation of REDD +, with strong involvement of all stakeholders; b) An ongoing dialogue with all stakeholders,  access to information and creation of effective inter-ministerial platforms; c) sustainable financing of government and direct support for financing activities by private sector; d) Strong political will and effective communication campaign that ensured the population is well engaged in the process; e) A well-developed PES system with the terms and a financing system well defined; e) An innovative strategy for resource mobilization and a flexibility of the economic system

The results of the mission included:

  1. A collaboration agreement between SEP-REDD + and FONAFIFO was signed on the last day of the mission. The agreement screw to promote South - South cooperation more closely to support the institutional capacity of the Ivory Coast and Costa Rica on issues of common interest such as forest management, agroforestry systems and green growth through to South-South trade on the basis of cooperation, training, research / knowledge and support and technology transfer.
  2. Also, the two countries hope to sign a memorandum of understanding between the two governments during the 22 Conference of the Parties in Marrakech (Morocco) in November.

 


 

Liens utiles / Useful Links:

 

Contacts :

 

Tags:
Last modified by: on